fbpx

Elevage animaux de ferme Maroc

L’elevage animaux de ferme :est une pratique de l’homme depuis des temps. Ces animaux dits de ferme sont des animaux utilisés principalement pour aider l’homme, que ce soit pour le nourrir ou pour l’aider dans diverses tâches. On les classe ainsi en cinq catégories : les animaux de production de viande, les animaux laitiers, les animaux de volaille, les animaux utilisés pour le transport et les travaux et les animaux utilisés pour le textile. Mais quels sont ces animaux de ferme exactement ?C’est ce que nous allons voir dans cet article.

ANIMAUX DE FERME 

BOVIN
elevage animaux taureau elevage animaux vache

Espèces domestiquées

Elevage animaux de ferme:les bovins sont des mammifères de la famille des bovidés. Ces animaux sont des herbivores ruminants, ce qui veut dire ils possèdent un système digestif constitué de quatre poches.On cite:

  • Veau : bovin mâle ou femelle de la naissance jusqu’à 8 mois (jour anniversaire des 8 mois non compris), (sauf cas particulier du « Veau d’Aveyron et du Ségala » où l’âge maximum est porté à 10 mois, jour anniversaire non compris).
  • Bovin jeune : bovin mâle ou femelle d’un âge compris entre 8 mois (jour anniversaire des 8 mois compris) et 12 mois (jour anniversaire des 12 mois non compris).
  • Jeune bovin : bovin mâle non castré d’un âge compris entre 12 mois (jour anniversaire des 12 mois compris) et 24 mois (jour anniversaire des 24 mois non compris).
  • Taureau : mâle adulte non castré âgé de plus de 24 mois (jour anniversaire des 24 mois compris).
  • Bœuf : mâle adulte castré âgé de 12 mois et plus (jour anniversaire des 12 mois compris).
  • Vache : femelle ayant vêlé.
  • Génisse : bovin femelle âgé de de 12 mois et plus (jour anniversaire des 12 mois compris) qui n’a pas vêlé. La génisse devient une vache dès son premier veau.

Alimentation

L’herbe constitue la base de l’alimentation des bovins. Elle se présente sous différentes formes : fraîche, ensilée ou foin.

A la belle saison, les vaches profitent de l’herbe fraîche des pâturages. Durant la saison hivernale, le foin et l’ensilage prennent une part plus importante dans leur ration quotidienne.

Les fourrages occupent environ 80 % de l’alimentation d’une vache laitière. Dans la catégorie des fourrages, il y a notamment : le foin, l’ensilage de maïs, la pulpe de betterave et l’herbe fraîche. On trouve également des concentrés dans l’alimentation d’une vache laitière comme les protéagineux (pois), les céréales et les tourteaux.

Les besoins nutritionnels d’un bovin évoluent au cours de sa vie. Une génisse en pleine croissance ne nécessitera pas les mêmes apports qu’une vache adulte en lactation. Adaptez l’alimentation à chaque stade physiologique, génisse, vache allaitante et bovin en engraissement.

alimentation bovin

OVIN

Elevage animaux de ferme:Le mouton, Ovis aries, est un animal domestique, mammifère herbivore ruminant appartenant au genre Ovis (ovins) de la sous-famille des Caprinés, dans la grande famille des Bovidés. Comme tous les ruminants, les moutons sont des ongulés marchant sur deux doigts (Cetartiodactyla). On cite:

  • Agneau : mâle ou femelle de moins de 12 mois.
  • Agnelle : femelle de moins de 12 mois.
  • Bélier : mâle de plus de 12 mois.
  • Brebis : femelle de plus de 12 mois.
  • Mouton : espèce ovine en général.
  • Antenais(e) : agneau ou agnelle né(e) de l’année précédente et encore inapte à la reproduction.

Le mouton est surtout élevé pou sa viande, sa peau avec laquelle est préparé un cuir appelé « basane »,sa laine est utilisée pour la fabrication de certains couverture et vêtements de nos jours, pulls, manteaux, écharpes, plaids…

Lors de l’élevage animaux de ferme, le lait de la brebis est également très apprécié, notamment pour l’élaboration de délicieux fromages. 

Alimentation

Les ovins se nourrissent essentiellement de végétaux. Chaque jour, l’animal doit consommer la quantité d’aliments nécessaire pour couvrir ses besoins : cette quantité est appelée la ration. Elle varie suivant l’âge de l’animal, le type de production principal (viande ou lait), la saison et la région d’élevage.

L’herbe tient une place prépondérante dans l’alimentation des ovins (60% en moyenne). Ils consomment également du fourrage, mais les fourrages ne couvrent pas toujours tous les besoins des ovins.

L’éleveur, qui connait ses animaux et sait évaluer leurs besoins, va régulièrement adapter la ration qu’il leur distribue. En particulier, il va la compléter avec des aliments concentrés, d’origine végétale et minérale. Une grande partie des compléments de nature végétale est produite sur l’exploitation, notamment les céréales.

Un complément protéique est apporté par les tourteaux, obtenus à partir des graines de plantes oléagineuses comme le soja, le lin, le tournesol ou encore le colza, après extraction de l’huile.

Un complément énergétique est apporté par des céréales riches en glucides telles que le blé, l’orge et le maïs ou d’autres végétaux tels que les betteraves sous forme de pulpe.

Des compléments minéraux (calcium, phosphore) et vitaminiques peuvent être apportés. Ils sont, soit directement ajoutés aux fourrages ou aux autres compléments alimentaires, soit mis à la libre disposition des animaux, dans le pré ou à l’étable, sous forme d’un bloc de sels minéraux que les éleveurs appellent la  » pierre à lécher « .

elevage ferme nourriture ovin

 

LA POULE ET LE COQ

elevage animaux coq

L’élevage d’animaux de ferme inclut également la  poule et le coq qui sont des oiseaux terrestres omnivores de l’ordre des galliformes ou gallinacés. Il en existe une multitude d’espèces différentes présentes partout dans le monde. 

Dans les fermes, les poules sont élevées pour leur viande, mais également pour leurs œufs qu’elles pondent régulièrement. Les coqs, sont surtout utilisés pour la reproduction, et parfois pour leur viande.

En plus d’être utilisées dans les fermes agricoles, on retrouve de plus en plus de poules chez les particuliers. En effet, ces animaux ont l’avantage d’être faciles à entretenir, de recycler tous les déchets organiques de cuisine, et en plus de produire des œufs régulièrement.

Alimentation

Toutes les moulées pour poulet sont majoritairement composées (à plus de 85 %) de grains et de sous-produits de grains, de graines protéines et d’aliments qui en sont composés, comme des aliments de canola et de soya.

Mélange de grains
Idéal comme nourriture complémentaire en plus de la nourriture ordinaire.

Grit
Assure à vos volailles une bonne digestion.

Granulés
Garantissent une ingestion rapide sans renversement excessif.

Miettes
Garantissent une ingestion rapide tout en évitant le gaspillage.

Farine
Assure une absorption progressive de la nourriture et une meilleure digestion.

Mélange de grains enrichi
Nourriture complète avec des céréales de qualité supérieure, riche en ingrédients nutritifs, minéraux et vitamines.

 

 

LA DINDE ET LE DINDON

elevage animaux dinde

Elevage animaux de ferme:Le dindon (Meleagris gallopavo), également appelé poule d’Inde, est un oiseau de l’ordre des Galliformes, le même ordre que les poules, et de la famille des Phasianidés, comme le faisan et la perdrix. Sa femelle est appelée la dinde, et son petit le dindonneau.

Les dindes et les dindons sont principalement élevés dans les fermes pour leur viande. Les dindes pondent beaucoup moins régulièrement que les poules, c’est pourquoi on ne les utilise pas en tant qu’animaux destinés à la ponte. Leurs œufs sont plus gros que ceux des poules, et leur goût est sensiblement le même.

Ce drôle d’oiseau possède un physique particulier. Tout d’abord, il est de grande taille pour un volatile de basse-cour, allant de 75 à 130cm de haut pour un poids de 10 à 13kg pour les mâles et de 6 à 9kg pour les femelles.

Son plumage est le plus souvent marron ou noir sur l’ensemble du corps, bien que certaines espèces arborent des reflets bleutés. Sa large queue, de la même couleur que son corps, est en forme d’éventail.

Ce qui retient le plus l’attention chez le dindon, c’est son visage, d’une couleur rouge, arborant une excroissance de chair molle sur le front, dégoulinant sur le bec. Cette excroissance est beaucoup plus développée chez le mâle que chez la femelle.

Alimentation

Tout comme pour les poules, fournir une alimentation équilibrée à un dindon n’est pas bien compliqué. Il trouvera la majorité de ses aliments lui-même, en picorant le sol à la recherche de graines, d’insectes, d’herbes ou de petits invertébrés comme des vers de terre.

En complément, il faudra leur fournir des mélanges de graines, vendus en magasins spécialisés. En hiver, il ne faudra pas hésiter à leur donner des vers de farine séchés, leur apportant des protéines supplémentaires pour faire face au froid.

Divers légumes et crudités pour un apport en vitamine leur seront toujours bénéfiques : de la salade, des carottes, du maïs, de l’avocat, des courgettes ou des tomates leur conviendront parfaitement.

Enfin, il ne leur manquera plus qu’un apport en calcium, plus particulièrement pour aider les femelles à pondre des œufs à la coque dure, ainsi que pour conserver la rigidité de leur bec. Il faudra donc leur donner des coquilles d’œufs de poule, ou si possible, des coquilles d’huîtres, sources de calcium par excellence.

elevage ferme nourriture dinde

LE CHEVAL ET LA JUMENT

elevage animaux cheval

Elevage animaux de ferme:Le cheval est un grand mammifère herbivore et ongulé à sabot unique ; c’est l’une des espèces de la famille des Équidés (Equidae).À l’état naturel, les chevaux vivent en troupeaux, généralement sous la conduite d’un unique étalon reproducteur. Ils entretiennent des rapports sociaux et comptent sur leur vitesse pour échapper à leurs prédateurs. Dotés d’un bon sens de l’équilibre, d’un fort instinct de fuite et de grandes aptitudes de visualisation spatiale, ils possèdent un trait inhabituel dans le règne animal, étant capables d’entrer en sommeil léger tout en restant debout. Les femelles, nommées juments, mettent bas après onze mois de gestation un petit appelé poulain, capable de se lever et de courir peu de temps après sa naissance.

Quelle que soit l’origine d’une société humaine, le cheval y a contribué, que ce soit pour faire la guerre, pour aider aux travaux agricoles, notamment aux labours, pour le transport ou pour porter des charges lourdes, et ce aux quatre coins du globe.Dans quelques fermes ils sont élevés pour leur viande, mais cela reste peu répandu.

Dans les sociétés occidentales, on les retrouve surtout dans des centres équestres pour l’équitation.

Alimentation

Le cheval est un herbivore, il mange :

  • De l’herbe pâturée, potentiellement de 50 à 100 kg bruts par jour si elle est disponible et en fonction de ses besoins physiologiques
  • Des fourrages conservés (foin, enrubannage et ensilage, paille)
  • Des aliments concentrés (des graines de céréales diverses ou des aliments élaborés contenants des céréales, tourteaux, co-produits, fourrages, minéraux et vitamines). Pour plus de précisions : lire une étiquette d’aliment

Bien sûr, en complément il consomme de l’eau qui doit être disponible en permanence à volonté. Sa consommation va être fonction du type de cheval mais aussi du type d’aliments consommés, de son stade physiologique (allaitement), des conditions climatiques et du travail effectué.

elevage ferme nourriture cheval

L’ANE ET L’ANESSE

elevage animaux ane

 

 

Elevage animaux de ferme:L’Ane  dont la femelle est l’anesse, est le nom vernaculaire donné à certaines espèces de mammifères quadrupèdes ongulés de la famille des Équidés, plus petit que le cheval, à longues oreilles et à l’échine saillante. Le plus connu des ânes est l’âne domestique (Equus asinus), issu de la domestication de l’âne sauvage d’Afrique (Equus africanus), et à partir duquel de nombreuses races ont pu être sélectionnées.

L’élevage de ses animaux de ferme est surtout pour son utilité pour le transport de charges lourdes, mais également pour aider à certains travaux agricoles, comme les labours.

Alimentation

La nourriture de base de l’âne est l’herbe, mais il mange également :

Le foin : on en donne pour remplacer l’herbe ou pour la compléter.
Un foin de bonne qualité nutritive est un foin qui est resté assez vert, qui contient toutes ses fleurs et graines et qui sent bon. En aliment de base il faudra environs 4 à 5 Kg par jour.

Luzerne, trèfle : on peut en donner pour compenser un foin de moindre qualité, pour les ânesses en fin de gestation ou allaitantes, en hiver froid mais ça ne peut remplacer l’herbe ou le foin.
On peut reconnaître sa bonne qualité par les mêmes critères que le foin, faire très attention aux risques de moisissures (une luzerne ou un trèfle moisi peut faire avorter une ânesse ! ! ) On peut en donner entre 0,500g et 1 Kg par jour.

La paille : Elle peut être distribuée dans plusieurs cas et ne peut en aucun cas être néfaste à la santé de l’âne, mais il faut savoir qu’elle est très peu nourrissante.
On peut donc l’utiliser en complément pour enrichir une alimentation trop pauvre en cellulose (et l’âne en a beaucoup besoin ).
Ou pour tarir une ânesse (dans ce cas elle n’aura rien d’autre à manger et peu à boire durent environ 3 jours. Il ne faut pas que ce régime arrive trop brutalement et il faudra souvent apporter des soins supplémentaires aux mamelles).
Elle pourra être utile en cas de gros froid, donnée entre les repas elle permet de maintenir le système digestif en fonction et donc de garder une bonne chaleur corporelle.

Les céréales : Orge, sons, maïs, avoine, tourteaux, le blé n’est pas conseillé et n’est d’ailleurs pas très apprécié par les ânes. Les grains sont soit entiers et dans ce cas il est préférable de les laisser tremper toute une nuit avant de les donner ce qui les rend plus digestes, soit aplatis, broyés ou en farines, dans ces cas il est conseillé de les humidifier pour éviter que l’âne respire trop de poussière.
Ces céréales ont chacune leurs propriétés et seront distribuées surtout comme supplément énergétique en période de travail, pour les ânesses en fin de gestation ou allaitantes, pour « retaper » un âne qui a trop maigri.
Les quantités seront à apprécier par l’éleveur. A titre indicatif on peut donner 0,500 g d’orge par jour pour une ânesse allaitante manquant de lait, très maigre ou carencée. ATTENTION aux excès.

Les aliments complets pour chevaux : peuvent être utilisés mais sont très coûteux et pas très adaptés aux ânes. Il en existe plusieurs sortes et les dosages sont spécifiques à chaque marque. Il faudra donc bien se renseigner avant d’en donner. Attention aux excès.

Le sel : . Il est très important car les ânes en consomment beaucoup. Le mieux est de leur en mettre à volonté.
On le trouve soit sous forme de pierre à sel soit en gros sel soit en seau, il peut être agrémenté de minéraux et oligo-éléments. Ces derniers ne sont pas nécessaires en permanence mais pourront être utilisés en cures durant l’hiver ou en période de lactation. Ils pourront être trouvés sous d’autres conditionnements plus équilibrés et mieux adaptés en cas de carences.

elevage ferme nourriture ane

LE BOUC ET LA CHÉVRE

 

elevage animaux bouc chevre
group of goats and kids in front of white background

Elevage animaux de ferme:Le bouc et la chèvre sont connus pour leurs cornes à la forme si particulière (surtout celles du bouc). Ce sont des mammifères de la famille des bovidés, tout comme les vaches, et sont également des animaux ruminants.

Il en existe deux principales variétés, les chèvres dites domestiques, qu’on élève dans les fermes, et les chèvres dites montagnardes, que l’on retrouve soit à l’état sauvage soit dans quelques élevages dans les régions montagneuses.

La chèvre est principalement utilisée pour son lait qui produit d’excellents fromages. Sa viande est rarement consommée de nos jours.

Le mâle quant à lui est surtout présent dans les élevages en tant que reproducteur.

Alimentation

La chèvre mange de tout. Herbes (ronces, lierre, etc.), arbres (mûriers, pommiers, etc.), haies, broussailles, parterres fleuris, légumes, etc…Elle préfère se nourrir de branchages, de feuilles et de brindilles plutôt que d’herbe au sol. En plus de la nourriture qu’elle trouve toute seule dans son enclos, il est nécessaire de compléter chaque jour son alimentation avec du foin de bonne qualité. En guise de friandises, vous pouvez donner à votre chèvre des pommes, des poires, des bananes, des carottes, du céleri ou encore des épinards. Les pommes de terre, les tomates et les choux peuvent en revanche être toxiques pour les chèvres.

elevage ferme nourriture bouc

 

LE LAPIN ET LA LAPINE

elevage animaux lapin

Elevage animaux de ferme:Le lapin et la lapine, sont des mammifères herbivores, reconnaissables à leurs longues oreilles et à ses petites queues touffues.Ils en existent de nombreuses espèces sauvages, et une espèce domestique : le lapin domestique.

Le lapin n’est pas un rongeur, il appartient à l’ordre des lagomorphes.

Le lapin est principalement élevé dans les fermes pour sa viande, très appréciée par les gourmets.

Alimentation

Le lapereau tète généralement une fois par jour, le rythme de tétées dépendant surtout de la mère qui vient se positionner au-dessus de la portée pour donner aux lapereaux un accès aux tétines. Il commence à consommer l’aliment de sa mère et un peu d’eau à partir de l’âge de trois semaines, lorsque sa mobilité le lui permet.

Après le sevrage, les jeunes effectuent pas moins de 30 à 40 repas solides et liquides par jour, et consacrent 3 heures sur 24 à leur alimentation, contre 2 heures pour un individu plus âgé. La consommation d’eau varie surtout suivant l’alimentation, et un fourrage comportant 70 % d’eau suffit à couvrir les besoins de l’animal. Le régime alimentaire du lapin comprend 15 à 18 % de protéines et au moins 10 % de fibres végétales. Si les protéines végétales sont bien valorisées par le lapin, ce n’est pas le cas des fibres. Les fourrages composés de luzerne, trèfle et sainfoin sont plus nourrissants que ceux de paille de blé, d’orge ou d’avoine. Les fourrages verts, choux, salade, sont à modérer pour éviter tout risque de météorisme. On peut ajouter des croûtons de pain, des navets, des carottes. Ses besoins énergétiques s’élèvent à environ 2 100 kcal/kg de masse vive pour un lapin à l’entretien et atteignent 2 500 kcal/kg pour un animal en lactation, gestation ou croissance. Herbivore (herbes, tubercules, racines), le lapin mange préférentiellement dans l’obscurité, et plus particulièrement le soir et le matin, périodes durant lesquels il ingère les deux tiers de son alimentation.

Elevage animaux nourriture lapin

 

Bien évidemment, pour tous les animaux de ferme, de l’eau fraîche à volonté devra leur être distribuée et changée quotidiennement pour éviter la prolifération de bactéries dans l’eau stagnante.

 

Les modes d’exploitation

On élevage animaux de ferme dans les cultures fourragères, on distingue: pâturages et libres parcours, foin et ensilage.

Les cultures fourragères peuvent être prélevées par le bétail lui-même (sur les pâturages) ou par l’humain soit à la main, soit à la machine. La récolte peut être utilisée sur l’exploitation même pour nourrir les animaux ou être vendue. Au stade de la production fourragère, les tracteurs servent à transporter et à transformer les fourrages, l’irrigation pouvant, par ailleurs, s’imposer dans les régions sèches.

On laisse le bétail trouver sa pâture en lui permettant de paître ou de brouter. Les espèces végétales destinées au pâturage, notamment les graminées, varient selon la saison de l’année, les pâturages étant gérés en vue du pacage de printemps, d’été ou d’automne. Dans le cas des terrains de parcours libre, on s’attache à ne pas épuiser les pâturages, ce qui amène à déplacer les troupeaux d’un secteur à l’autre. Les résidus de récolte peuvent venir compléter l’alimentation des animaux au pâturage.

La luzerne, très employée comme fourrage, ne convient pas pour le pâturage, car elle est cause de météorisation chez les ruminants, c’est-à-dire d’une accumulation anormale de gaz dans la panse (ou rumen) entraînant un gonflement de l’abdomen, capable de tuer l’animal. Dans les climats tempérés, il n’est pas possible de faire pâturer les bêtes en hiver, d’où la nécessité d’emmagasiner du fourrage. Au demeurant, dans les grandes exploitations, on a recours au fourrage récolté — foin et ensilage —, car les pâturages ne suffisent pas à nourrir de grands troupeaux d’animaux.

Le foin est un fourrage herbacé, cultivé et séché en vue d’une conservation de durée variable. Lorsque les herbes sont suffisamment hautes, elles sont coupées au moyen d’une faucheuse ou d’une moissonneuse-faneuse-andaineuse (combinant les deux opérations de fanage et d’andainage), puis formées en longues rangées qu’on fait sécher (andains). Pendant ces deux opérations, on laisse les herbes sécher sur place avant le bottelage. Autrefois, on récoltait en vrac à la fourche, comme cela se pratique encore parfois pour donner à manger aux animaux. Une fois bien sec, le foin est mis en balles. La presse ramasse le foin des andains et le comprime pour former soit de petites balles de foin (de forme carrée) plus maniables, soit de grosses balles (de forme carrée ou cylindrique) qui doivent être transportées par engins mécaniques. Les petites balles peuvent être envoyées mécaniquement de la presse dans la remorque, ou bien sont ramassées à la main et disposées sur la remorque pour être acheminées jusqu’au lieu d’entreposage. Les balles sont gerbées en meules, à l’abri de la pluie, dans une grange, un hangar ou sous une bâche. En effet, le foin mouillé peut se gâter facilement ou s’enflammer spontanément par suite du dégagement de chaleur du processus de décomposition. Le foin peut être transformé en granulés ou en cubes comprimés pour usage commercial. Un pré peut être fauché plusieurs fois par an, trois fois en général. Pour l’affouragement, la balle est transportée jusqu’au râtelier où elle est ouverte et placée à bonne hauteur pour que l’animal puisse l’atteindre. Cette opération est pratiquement toujours manuelle.

Parmi les autres fourrages récoltés pour l’alimentation du bétail, on peut citer le maïs et le sorgho destinés à l’ensilage. Du point de vue économique, la valeur énergétique du maïs récolté pour être ensilé est supérieure à celle du maïs récolté pour son grain, cet écart pouvant atteindre jusqu’à 50%. Une machine permet de récolter la plus grande partie de la céréale à l’état vert. La récolte est coupée, écrasée, hachée et éjectée dans une remorque. L’aliment haché ainsi obtenu est soit donné à l’état vert, soit stocké dans un silo où il subit une fermentation pendant les deux premières semaines. Cette fermentation stabilise l’aliment et l’empêche de se gâter. Tout au long de l’année, le silo est progressivement vidé de son contenu (qui est donné aux animaux d’élevage) grâce à des moyens mécaniques.

ROLE D’ANIMAUX DE FERME EN PERMACULTURE ?

En permaculture, nous ne perdons jamais de vue qu’un élément doit avoir plusieurs fonctions, il en va de même avec les animaux. Ils auront donc différentes utilités, parfois s’imbriquant même.

La poule: servant également pour le travail du sol, sera plus efficace pour nettoyer potagers et vergers des petites bêtes ravageuses.

La dinde: se déplacent en bande alignées, comme des chasseurs, et ratiboisent toute la zone en vous débarrassant d’une grande partie des rongeurs.

Le mouton: mangera l’herbe entre les arbres du verger, nettoiera le sol des fruits non consommables. Attention tout de même à ne pas le laisser trop longtemps sur une même parcelle, car il risque de trop tasser votre sol. Cela dit, son pied fin peut être un avantage, rentrant dans les trous des mulots, il abîme leurs galeries et par conséquent les chasse, car le mulot n’aime pas être dérangé.

Avec les brebis, il sera possible de faire du fromage.

L’âne et le cheval:quant à eux, sont à mettre dans la catégorie des animaux utiles. Les maraîchers, les viticulteurs et les débardeurs s’en serviront pour la traction. Ils produisent du fumier, tondent l’herbe, empêchent la pousse d’arbre et ralentissent le développement des haies.

 

La croissance démographique mondiale et la progression de la consommation par habitant ont fait augmenter la demande de viande dans le monde donc élever des animaux (bovins, volailles, moutons,etc.) à des fins alimentaires est une nécessité. Cet élevage doit se faire dans des conditions compatibles avec le bien-être animal, y compris dans les bâtiments d’élevage industriel. Respecter les animaux, c’est aussi garder une harmonie avec la nature et avec l’environnement.

Rendez-vous aux articles prochains pour plus de détails sur quelques espèces d’animaux de ferme 😉 

2 réflexions sur “Elevage animaux de ferme Maroc”

  1. bonjour,
    je suis intéressé par l’élevage de Lapin et je souhaite monter un petit projet en ce domaine au Maroc Région de Casablanca si vous pourriez svp me donner quelques informations sur l’achat du matériel adéquate a ces animaux soit les cages ainsi que les fournisseurs locaux de leur nourriture et les races qui pourrais s’adapter a notre climat.
    je vous remercie a l’avance pour votre aide et support
    très cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut